Зарубежная пресса

Réforme de l’assurance-chômage : Sophie Borderie craint des dépenses en plus pour le Lot-et-Garonne

0

l’essentiel En visite aujourd’hui en Lot-et-Garonne, le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics, Olivier Dussopt, est reparti à Paris avec un cartable plein de remarques et de courriers adressés par la présidente du Département, Sophie Borderie.

Le Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’action et des comptes publics, Olivier Dussopt, était aujourd’hui en déplacement en Lot-et-Garonne. S’il avait convié les fonctionnaires, ce matin à l’Ecole nationale d’administration pénitentiaire d’Agen, et les élus locaux, cet après-midi en préfecture, à des temps d’échanges sur les réformes en cours en matière de fonction publique et de fiscalité locale, le Ministre a aussi croisé le chemin de la présidente du conseil départemental de Lot-et-Garonne, Sophie Borderie, durant le déjeuner républicain. “L’esprit des échanges était cordial. Jean Dionis a bien présenté la problématique d’Upsa mais, pour ma part, j’avais quelques remarques et courriers à faire passer au secrétaire d’Etat.”

“Les Départements doivent toujours faire plus avec moins de moyens…”


“Les Départements sont en première ligne pour réparer la fracture territoriale, pour créer du lien social, pour assurer des missions de solidarité dont notre société a tant besoin, mais ils ont de moins en moins de moyens, tout du moins c’est le cas en ce qui nous concerne”, a rappelé la présidente du Lot-et-Garonne à Olivier Dusspot.


Dans ce registre, elle est revenue sur le « pacte de stabilité » imposé aux départements en 2018, vieux combat mené en Lot-et-Garonne contre “un Etat qui impute encore et toujours de nouvelles dépenses aux Conseils départementaux (…) Si les politiques en faveur des plus fragiles sont souhaitables, elles font supporter une lourde facture aux Départements, car l’Etat n’en prend en charge que la moitié au mieux.” Mais ce sont surtout deux sujets d’actualité qui ont marqué son intervention auprès d’Olivier Dussopt : les conséquences de la réforme fiscale envisagée, avec la suppression de la part départementale de la taxe sur le foncier bâti qui réduira considérablement l’autonomie financière des départements, d’une part, et, plus encore les conséquences particulièrement préjudiciables de la réforme de l’assurance-chômage. 

“J’ai déjà demandé que le budget du RSA soit augmenté d’1,5 à 2 millions d’euros l’an prochain”


“Nous savons que les mesures décidées en catimini par le gouvernement vont priver mécaniquement de nombreux demandeurs d’emploi de leurs droits à l’indemnisation du chômage. 400 000 personnes sont concernées au niveau national dès le 1er novembre 2019 et potentiellement 2 000 en Lot-et-Garonne. J’y vois une double injustice. Sur le plan social, des centaines de personnes vont être jetées dans la pauvreté du jour au lendemain. J’émets des doutes sur le niveau d’information des allocataires. Sur le plan de l’impact financier pour le Département, certaines de ces personnes seront, demain, allocataires de minima sociaux. Là aussi, le Département devra régler la facture. J’ai d’ores et déjà demandé à mes services de mettre 1,5 à 2 millions d’euros de plus pour le RSA l’année prochaine. “


Sur ces deux derniers sujets, Sophie Borderie a adressé au premier ministre, Edouard Philippe, des courriers où elle défend son point de vue en même temps que la situation particulière du Lot-et-Garonne, département parmi les plus pauvres de France, au regard des réformes en cours ou à venir.

Comments

Leave a reply

You may also like